L’Émilie est célèbre pour ses belles villes et ses paysages époustouflants.

Mais qu’en est-il des musées ? De celui dédié à Enzo Ferrari et à la voiture qui porte son nom, à celui dédié au peintre Antonio Ligabue, d’innombrables espaces abritent les grandes beautés émiliennes.

Certains d’entre eux sont cependant moins connus et incontestablement insolites.

Partez à leur découverte grâce à la liste des 10 musées émiliens que vous ne connaissiez (probablement) pas : que dites-vous d’une visite virtuelle ?

1) MUSÉE DE L’AUTOCOLLANT, MODÈNE

Le Musée de l’Autocollant (NDT, Museo della Figurina) est le fruit de la collection passionnée réalisée par Giuseppe Panini, fondateur, en 1961, de l’entreprise du même nom avec ses frères Benito, Franco Cosimo et Umberto. Au fil des ans, celui-ci a rassemblé des centaines de milliers de petites impressions couleur qui ont constitué avec le temps cette collection extraordinaire qui est devenue un musée au sein de l’entreprise en 1986. En 1992, Giuseppe Panini et l’entreprise ont décidé de donner le Musée à la Ville de Modène, qui est considérée comme son siège naturel en tant que capitale mondiale de l’autocollant moderne.
Imaginé pour recréer un « album des merveilles » exceptionnel, l’aménagement prévoit une partie permanente divisée en six thèmes principaux. Les six grandes « armoires » d’exposition permettent d’approfondir la visite grâce à huit portes latérales extractibles, prêtes à dévoiler leur précieux contenu et à susciter la surprise que nous avons tous éprouvée en feuilletant un album ou en ouvrant un sachet d’autocollants.
2) MUSÉE DE LA BALANCE, Campogalliano

Le Musée de la Balance (NDT, Museo della Bilancia), unique en son genre en Italie, documente l’histoire de la pesée et de la mesure de l’époque médiévale jusqu’à nos jours : balances, bascules, balances romaines et un riche patrimoine documentaire constitué d’affiches, catalogues, impressions originales et reproductions photographiques de matériel d’époque. Le Musée s’insère directement dans le tissu productif du territoire, dont il constitue la mémoire historique et la force motrice pour la connaissance historique, technique et scientifique.

3) MUSÉE ITALIEN DE LA PARFUMERIE, Parme

Le bâtiment historique de la maison Borsari de Parme, créée en 1870, abrite la Collection Borsari 1870. Premier Musée Italien de la parfumerie, une délicieuse et raffinée rétrospective du célèbre parfum Violetta di Parma et de l’itinéraire graphique d’une entreprise qui a traversé le temps et les modes. On dit que la Violetta di Parma était le parfum préféré de la Duchesse de Parme Marie-Louise d’Autriche. Le musée, divisé en deux sections, retrace l’histoire de Borsari, ses produits et le graphisme qui a habillé le parfum de Parme.

4) MUSÉE DE LA TOMATE, Collecchio

Collocato in un centro di trasformazione alimentare di epoca medievale, la Corte di Giarola, il museo è organizzato in sette sezioni.
Si parte con il racconto della storia, con l’arrivo in Europa nel ‘500 dalle Americhe del pomodoro e la sua diffusione successiva. Si prosegue con lo sviluppo dell’industria di trasformazione a Parma e lo sviluppo delle tecnologie produttive. La quarta sezione affronta la tematica del prodotto finito e degli imballaggi, la quinta lo sviluppo dell’industria meccanica, la sesta racconta i protagonisti e i lavori in fabbrica. Chiude il percorso la cultura del ‘Mondo Pomodoro’ con le pubblicità, citazioni, dipinti.

5) MUSÉE DE LA VIGNE ET DU VIN , Montecchio Emilia

Au sein d’une entreprise de Montecchio Emilia, un bâtiment restructuré abrite un parcours dédié à ce vin, qui permet de découvrir son histoire, liée à celle d’une famille qui le produit depuis plus d’un siècle.

6) MUSÉE DE DON CAMILLO ET PEPPONE, Brescello

Le Musée Peppone et Don Camillo a été inauguré le 16 avril 1989 et est le fruit des efforts et de l’enthousiasme d’un petit groupe de volontaires guidés par Erminio Bertoli. À ce jour, il est géré par la Pro-Loco. Les salles contiennent de nombreux souvenirs du Don Camillo cinématographique : la moto de Peppone, l’habit de Don Camillo, les vélos des deux protagonistes à la fin de « La Grande Bagarre de Don Camillo ». On peut y admirer de nombreuses photographies prises pendant la réalisation des films ; les affiches originales ; les reconstructions de certains lieux de tournage. Il est également possible d’acheter des souvenirs, les livres de Giovannino Guareschi, les DVD des films et des produits typiques locaux.

7) MUSÉE D’ANATOMIE DES ANIMAUX DOMESTIQUES, Ozzano dell’Emilia

Le Musée d’Anatomie des Animaux Domestiques présente des images et reproductions des animaux domestiques. Des squelettes et planches anatomiques variées sont également utilisés. Cet institut est un des plus anciens de la province, et pas seulement de la Commune. En effet, il a été fondé en 1882 par le Professeur Clemente Papi, ce qui en fait un des plus importants. Il est toutefois désormais possible d’en visiter une partie considérable, par rapport à l’originale.

8) MUSÉE DU TAROT, Riola di Vergato

Le Musée du Tarot (NDT, Museo dei Tarocchi) souhaite offrir une opportunité à tous les artistes qui ont travaillé sur ce thème et révéler ce qui risque bien souvent de rester caché et d’être oublié. Il s’agit du premier centre en Italie et dans le monde qui aborde le thème de l’Art du Tarot au niveau contemporain. Grâce à la collaboration avec la maison d’édition Hermatena, des collections de Tarots d’Artiste à tirage limité, portant la signature originale de l’artiste et enrichis de détails faits à la main, sont éditées.
Le Musée est aménagé dans un immeuble historique suggestif du XVIIe siècle, complètement restauré, situé entre Bologne et Pistoia, immergé dans la nature.

9)MUSÉE DES CADENAS, Parma

Ce Musée est le seul à n’exposer que des cadenas. La collection est constituée de plus de quatre mille objets accumulés par Vittorio Cavalli, fervent collectionneur, qui créa tout au long d’une soixantaine d’années un recueil de serrures provenant du monde entier et de différentes époques. La collection présente différents types de cadenas : à ressort hélicoïdal, à tambour denté, à combinaison, à secret dévissable, à ressort transversal, pour vélos, talismaniques et zoomorphes, permettant ainsi d’explorer à travers cet objet des époques et des cultures différentes sous un angle inhabituel.

10) MUSÉE DES CARROSSES, Piacenza

Dans les pièces souterraines de Palazzo Farnese est réunie et exposée au public la collection prestigieuse de carrosses, réalisée par le comte Dionigi Barattieri au cours des trois premières décennies du XXe siècle et donnée à la Ville de Plaisance en 1948 par son héritier Silvestro Brondelli di Brondello, à laquelle se sont ensuite ajoutés d’autres exemplaires importants donnés ou déposés par des particuliers et des Institutions.
Le Musée des Carrosses présente des modèles en parfait état de conservation et inclut aussi des chaises à porteurs, corbillards, un chariot de pompier, un chariot sicilien, sans oublier les landaus pour bébés, dont sont exposés certains exemplaires datant du XVIIIe et du XIXe siècle, qui sont la preuve de l’utilisation des mêmes procédés techniques que les carrosses, dont ils suivent en quelque sorte l’évolution. Le même phénomène d’adaptation des techniques de fabrication des carrosses à des modèles d’utilisation domestique est constitué par les petits carrosses, de véritables carrosses à échelle réduite, destinés à l’amusement des enfants.